COMPAGNONS DU SOLEIL

Le livre est découpé en trois parties, les premiers temps humains, mille ans de transition du VIIe au XVIe siècle, puis du XVIe au XXe siècle. Dans ces différentes périodes, on trouve des textes où l’homme soumet la nature, il en est propriétaire, pour le progrès et la modernité. Dans d’autres, l’homme est partie intégrante de la nature.

C’est plutôt le cas dans la première période, alors que la seconde période voit se développer une attitude de soumission de la nature à l’homme, dans l’islam et la pensée européenne judéo-chrétienne basée sur l’héritage gréco-latin. Il s’agit d’une période de transition. A partir du XVIe siècle, c’est l’exploitation de la nature par l’homme qui domine, sur le plan théorique et pratique, « l’expansion planétaire de l’Europe et la mainmise brutale sur les trois autres continents : l’Afrique, l’Asie et l’Amérique ». Cependant Joseph Ki-Zerbo met en garde contre cette division sommaire en soulignant que les deux types d’attitude peuvent mener à une surexploitation des ressources de la terre, mais aussi qu’à toutes les époques et dans tous les lieux, tous les courants de pensée existent en la matière. La présentation de l’ouvrage faite par Joseph Ki-Zerbo éclaire cette anthologie de l’analyse historique et de la démarche philosophique et écologique de l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *